Apiculture biologique

Écrit par les experts Ooreka

Toutes les conditions pour la pratique d'une apiculture biologique.

L'apiculture ne se résume pas à la récolte du miel ou à l'élevage des abeilles.

Elle occupe une dimension encore plus importante quant à la protection de l'environnement, d'où l'importance accordée à l'apiculture biologique.

Apiculture biologique : des conditions de certification

Instaurer un mode d'élevage biologique est une préoccupation qui existe à l'échelle européenne.

L'apiculteur qui veut référencer ses produits sous l'étiquette « bio » doit respecter un cahier des charges prédéfini. Un taux évalue le respect de ces critères et confère ou non à l'exploitant la certification.

Origine et entretien du rucher : soumis à une réglementation « bio »

Tout commence dès le début de l'exploitation. L'unité de production et son origine doivent être conformes à la réglementation. Toutes les informations concernant le rucher doivent être connues :

  • ses éventuels déplacements en cas de transhumance
  • les soins qui y ont été prodigués.

Les individus :

  • doivent être issus d'une colonie agréée ou certifiée biologique,
  • d'origine douteuse doivent passer par une période de conversion.

L'entretien du rucher est bien défini et tout usage d'herbicides est proscrit.

Mode de vie de la colonie : aires de butinage et nourriture

Les aires de butinage des abeilles doivent être préservées des zones de butinage susceptibles de receler des taux de pesticides élevés. Pour cela, on procède à :

  • une délimitation de zone géographique,
  • une analyse scientifique de la récolte de miel.

Pour nourrir les abeilles :

  • l'alimentation en miel est privilégiée, car elle n'est pas contaminée par des maladies,
  • elle doit résulter d'un fonctionnement cyclique normal de la ruche sans intervention étrangère.

Matériaux, traitement et propreté : autres conditions du bio

L'apiculture biologique nécessite de prendre des précautions d'hygiène pour ne pas polluer le miel d'abeilles récolté.

Apiculture biologique : des matériaux « verts »

Dans le cadre d'une apiculture biologique, l'habitat doit être construit avec des matériaux d'origine naturelle. Ces matériaux ne doivent avoir aucun impact négatif :

  • sur l'environnement,
  • et sur le miel récolté.

Tout élément utilisé dans la production doit être « vert ».

À noter : la protection utilisée pour les hausses contre d'éventuels prédateurs doit respecter scrupuleusement les termes de la règlementation européenne.

Traitement des maladies : évaluation du respect des normes

Pour la santé des individus de la colonie, l'apiculture biologique préconise :

  • un nettoyage de la ruche,
  • et une très grande prudence en cas de contagion avérée.

Dans les cas graves, l'isolement est conseillé.

Pour les soins vétérinaires, il faut suivre un protocole bien établi pour chaque type de maladie.

Propreté indispensable des locaux et répulsifs interdits

Il ne faut pas non plus oublier la propreté irréprochable exigée de la part du personnel en contact avec les produits. Lors de l'extraction, du transfert et de la purification, il faut respecter une certaine température et utiliser des ustensiles adéquats pour une bonne hygiène alimentaire.

L'aménagement des locaux nécessite l'utilisation de matériaux neutres, non polluants et inaccessibles aux rongeurs. La climatisation et la propreté de la pièce donnent toute son authenticité aux produits issus de la ruche (aérer, ventiler et déshumidifier).

Pour la récolte et le conditionnement de la gelée royale :

  • des règles spécifiques doivent être observées,
  • la référence bio n'accorde pas de certification en cas d'usage de répulsif.

Traçabilité des actions de l'apiculteur sur la ruche

Toutes les manipulations qui sont effectuées doivent être répertoriées afin de permettre la traçabilité du produit.

L'étiquette du produit est en quelque sorte sa carte d'identité. Des informations importantes doivent y être mentionnées :

  • le taux d'HMF (dérivé de déshydratation des sucres),
  • la proportion en eau,
  • la présence minime de bactéries.

Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !